Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le journal « La Marseillaise » aujourd’hui. Jean-François Arnichand

« La plupart des candidats aux législatives dans le département étaient réunis samedi, en présence de Danielle Simmonet, coordinatrice nationale du Parti de gauche.

« Faire de la politique autrement » : l’ambition revendiquée par les candidat(e)s

Danielle Simmonet, coordinatrice nationale du Parti de gauche et comédienne, avait joué la veille sa « conférence gesticulée » intitulée, Uber, les salauds et mes ovaires (sic) au théâtre Mazenod à Marseille. « C’est important de faire de la politique autrement, dans une société du spectacle qui veut nous détourner du sens et de ramener du sens justement, en montrant comment Fillon, Macron et Le Pen veulent casser le code du travail et la Sécurité sociale par exemple », confiait-elle. Pour tenter de « ramener du sens », Danielle Simmonet et les Insoumis avaient aussi participé à des « criées » dans le métro pour « réveiller les consciences par l’humour ». Au fil de son week-end dans une ville qu’elle juge « merveilleuse » et « riche de son métissage », elle a aussi noué des échanges avec les chauffeurs de taxis (l’ubérisation, on l’aura compris est au cœur de son spectacle) : « Cela fait un an que je suis leur combat : comme beaucoup d’artisans, ils prennent conscience du fait que les politiques ultra-libérales sont en train de casser leur métier, avec l’ubérisation, les multinationales cassent aussi l’artisanat, les indépendants. » « La politique autrement », c’est aussi ce que revendiquent les candidats, comme Gérald Souchet, enseignant quiportera les couleurs de la France insoumise, avec sa suppléante Aurélia Fernandez, dans la 4e circonscription (1er, 2e, 3e et parties des 5e et 6e arrondissements) qu’il décrit comme « une des plus abstentionnistes aux législatives ». Pour le candidat, « c’est en impliquant les gens qu’on peut faire autre chose, c’est peut-être là où on a le plus repoussé en dehors de la politique qu’on peut reconstruire des solutions pour tous ».

Diversité des parcours

Nouveaux venus en matière de campagne électorale, Nadia Graindorge, professeure des écoles à Miramas, et Mehdi Zembout, fonctionnaire dans la pénitentiaire (« nous sommes tous les deux fonctionnaires », plaisantent-ils), sont candidats dans la 8e circonscription (Salon-de-Provence). Au fil de leur présence sur le terrain, de la cité populaire des Canourgues au « centre-ville plus bourgeois », ils rencontrent chez la plupart de leurs interlocuteurs « le discrédit des politiques » et le sentiment que « l’action politique n’a pas de sens pour eux ». Même si « le changement peut faire peur, on est là pour dire qu’il est possible, surtout maintenant que le programme est chiffré », soulignent-ils. Leur message ? « On est des citoyens comme vous » et « l’humain doit revenir au centre des préoccupations et non le capital, les bénéfices ». Le 2 mars, les Insoumis de la circonscription organiseront une réunion publique * sur le processus de création de la VIe République, avec la participation de Sarah Soilihi, 24 ans, docteure en droit (et championne de kick-boxing !), elle-même candidate à Marseille, dans la 3e circonscription (13-14). Cette ancienne militante du PS, qui « pendant quatre ans n’a fait que manifester contre la politique gouvernementale », s’est rapprochée de la France insoumise : « Ça m’a plu parce qu’on remet la souveraineté du peuple au centre des débats, je me sens en cohérence avec mes idées. » * Jeudi 2 mars à 18h, à Salon, Maison de la vie associative ».

Tag(s) : #Rassemblement

Partager cet article

Repost 0