Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beaucoup aujourd’hui, particulièrement à gauche mais à l’extrême droite aussi, affirment sans détours que nous ne vivons pas en démocratie dans notre pays. Nous serions sous le joug des élites, des possédants, de ceux d’en haut qui nous manipulent et profitent sans honte du peuple opprimé. Pourtant ces « nantis » sont bien par définition une partie du peuple, certes minoritaire mais constitutive de l’ensemble. 

Alors, comment un peuple entier peut-il se laisser faire ainsi par une petite minorité de ceux qui le compose ?

Parce que cette petite minorité dispose de tous les pouvoirs, économiques, sociaux, culturels, médiatiques, politiques !

Franchement, si elle est profondément juste une telle affirmation ne répond en rien à la question posée.

Car un régime politique ne résiste jamais à une population qui ne croit pas en sa légitimité. Le peuple adhère toujours majoritairement aux règles que ses représentants fixent en son nom. Sans cette adhésion, tout régime politique est immanquablement renversé et remplacé par un autre. Ce n’est qu’une question de temps. La France  est coutumière de ces phénomènes politiques, 1789, 1830, 1848, 1870, 1936, 1940, 1945, 1958…. En tout moment historique, son peuple s’est doté des gouvernements, et parfois dans le sang, qu’il a choisi.

Et notre régime politique n’est ni le despotisme ni la monarchie, mais bien la république. Montesquieu avait raison « Je suppose trois définitions, ou plutôt trois faits : l’un, que le gouvernement républicain est celui où le peuple en corps, ou seulement une partie du peuple, a la souveraine puissance ; le monarchique, celui où un seul gouverne, mais par les lois fixes établies ; au lieu que, dans le despotisme, un seul, sans loi et sans règle, entraine tout par sa volonté et par ses caprices. » Dans « De l’Esprit des Lois », Ed. GF Flammarion, Page 131.

La démocratie n’est que la forme qui permet aux citoyens divers, aux opinions et intérêts opposés, de désigner leurs gouvernants par le suffrage universel.

« La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes » (Wilson Churchill).

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0