Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 « Si le roman national vise désormais à une forme de trumpisation des esprits, incarnant un patriotisme xénophobe, recroquevillé sur un réflexe identitaire et désignant l’étranger, le migrant, le travailleur clandestin ou le réfugié comme autant de dangers, l’historien se doit d’intervenir pour dire ce que furent les faits, pour ne pas s’ériger en juge de la vérité, mais en simple et bon artisan de la restitution du réel. Le fantasme d’un roman national incarne aujourd’hui cet espoir nationaliste de voir éradiqué l’Autre, dans l’angoisse d’une France à la couleur plus cuivrée demain. »

« Non, l’histoire n’est pas une réserve à nostalgie, elle malmène les mémoires tout en contribuant à les construire. Et oui, bien sûr, elle a une part de responsabilité dans le devenir commun. Oui, elle contribue, avec bien d’autres vecteurs, à produire des savoirs qui doivent être mis en commun, qui doivent être, dans une démocratie, appropriés, débattus, mais aussi produits par l’ensemble des citoyen-nes. »

http://www.humanite.fr/la-notion-de-roman-national-est-elle-compatible-avec-le-travail-historique-625960

 

Tag(s) : #Histoire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :