Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les français ne sont pas plus idiots que moi. Ils font de la politique parce qu’ils savent que ça concerne directement leur avenir. 69% d’entre eux estiment qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022. En tout cas, nous savons tous que si rien ne se produit dans l’espace politique de notre pays, nous risquons fort d’avoir un match retour Macron/Le Pen. Et nous savons tous que dans ce cas de figure, la colère actuelle dont les mouvements sociaux sont l’expression, grèves contre le projet des retraites et les gilets jaunes, donne toutes ses chances à la candidate de l’extrême droite !

Reprenons les choses à l’endroit !

En 2017, lors de l’élection présidentielle, une très grande majorité de l’électorat PS a voté pour le "nouveau monde" en glissant dans l’urne un bulletin Emmanuel Macron. Marine Le Pen obtient au second tour 34 %, soit  16 % de plus que son père en 2002. Depuis, la colère contre le président de la république rassemble tous les opposants. Aux européennes de 2019, l’un comme l’autre dépassent leurs scores du premier tour de 2017. En d’autres termes, ils sont aujourd’hui les mieux placés pour rééditer le scénario de la dernière présidentielle.

Mais que pourrait-il se passer pour que celui-ci ne se reproduise pas ?

Regardons de près.

Il est peu probable que l’extrême droite réduise son influence. L’idée "on ne l’a jamais essayée" prend corps dans tous les milieux y compris dans l’électorat de gauche dit "radical". Beaucoup se déclarent refuser de choisir entre "la peste et le choléra" et beaucoup se déclarent prêts à mettre un bulletin Le Pen pour chasser Macron.

Toutes les conditions politiques se réunissent pour que Marine Le Pen soit la mieux placée contre le président sortant. D’ailleurs, c’est bien parce qu’elle mesure que la situation lui est favorable qu’elle a déclaré publiquement sa candidature afin de couper l’herbe sous les pieds de ceux qui, dans son camp, verraient d’un bon œil une autre candidature plus rassembleuse et surtout qui ne porte pas le poids des échecs précédents.

En d’autres termes, il reste deux ans pour qu’une autre candidature puisse être en mesure de s’immiscer dans ce scénario.

Pour être plus précis, il faudrait :

- Soit un rassemblement de la droite classique et de l’extrême droite afin de récupérer l’électorat droitier de Macron. C’est la stratégie de Marion Maréchal et de Robert Ménard.

- Ou/et une candidature capable de rassembler du côté gauche l’ancien électorat du PS, et au-delà, qui aujourd’hui se reporte sur Macron. C’est visiblement la stratégie dans laquelle veut engouffrer Ségolène Royal.

Laquelle de ces deux options verra le jour au point de concurrencer Emmanuel Macron ?

C’est bien la seule question qui est posée aujourd’hui !

https://www.bfmtv.com/politique/sondage-bfmtv-69percent-des-francais-estiment-qu-emmanuel-macron-ne-sera-pas-reelu-en-2022-1845356.html

Tag(s) : #Politique